Interview exclusive Marion Brun

Qu’est-ce qui t’a séduite dans le projet d’OlfaPhily ?

Hélène, m’a contactée pour collaborer avec elle sur son projet un mois après mon installation sur Lyon. Lorsqu’elle m’a expliquée son projet d’entreprise et son envie de faire découvrir Lyon à travers ses parfums j’ai été immédiatement séduite à l’idée d’entamer ma vie Lyonnaise avec un projet qui me plonge en plein cœur de l’histoire de cette ville où j’avais choisie de m’installer. Cela a été pour moi l’occasion de découvrir son histoire, certaines anecdotes et de pouvoir retranscrire certaines architectures qui m’ont marquée lors de mes premières balades avec par exemple la Tour Rose !

Quelle patte as-tu voulu mettre dans ce projet ?

A travers cette gamme de sur-flaconnages j’ai désiré créer des écrins précieux qui créeront un lien entre le produit, le lieu, son histoire et ses souvenirs afin que son propriétaire le aime le conserver et l’exposer pour se rappeler de bons moments.

Peux-tu nous raconter un peu comment sont nés les écrins de cuir actuels ?

Dans la conception des sur-flaconnages l’idée initiale été d’avoir un objet souvenir aux couleurs de Lyon. Le parfum est à une durée de vie, on l’utilise et il s’évanouit dans la nature au fil du temps. Comment faire durer ce plaisir, ce souvenir ? Hélène m’a donc demandé d’imaginer des sur-flaconnages à garder, à collectionner. Les contraintes liées au monde du voyage ont guidé les divers choix dans la conception dont le choix du matériau. Le cuir est une matière noble mais également qui peut être transportée facilement dans un bagage de voyage (résistante). Le choix du cuir a aussi été amené par son étroite histoire avec le parfum. Historiquement, le parfum a été inventé pour couvrir l’odeur du cuir utilisée pour la fabrication des gants. La boucle est bouclée, le cuir et le parfum sont deux matières qui se marient donc à merveille par leur histoire mais également par leur noblesse.

Les motifs qui ont été créés pour ces écrins viennent comme des petits personnages ou architectures. Ils peuvent même trôner seuls sur une étagère, une fois le parfum terminé. Le cuir enveloppe le flacon, l’attache discrète permet de le détacher sans l’altérer.

Le choix des couleurs est également lié à la matière et à sa technique de mise en œuvre, la découpe et la gravure laser. Dans l’esprit d’une collection d’écrins nous avons sélectionné des cuirs qui se complètent les uns les autres et qui peuvent s’harmoniser à tous types d’intérieurs.

As-tu encore des idées pour élargir la gamme OlfaPhily demain ?

La ville de Lyon a un patrimoine riche et une architecture des plus diversifiées ! Il me semble que les personnes qui y habitent comme celles qui sont de passage aiment s’offrir la plus belle vue de telle ou telle ville. Alors pourquoi pas élargir la gamme à des nouveaux bâtiments qui émerveillent les touristes ou encore à un quartier cher à ses habitants ? Et puis il existe plein d’autres sites et spécificités d’autres villes ou lieux que de futurs écrins pourraient mettre en avant… Découvrez l’éventail des créations de Marion ici 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.